Les constructeurs s’y mettent de plus en plus et c’est au tour de BMW de mettre en avant son pilotage automatique. C’est sur une Série 5 que les tests ont eu lieu hier le 30 août.

bmw-pilotage-automatique

Le projet

C’est donc sur l’autoroute A9 reliant Munich à Nuremberg que BMW a lancé sa série de tests sur le pilotage automatisé. C’est Nico Kämpchen, le chef du projet dans le département R&D du constructeur qui a eu l’opportunité de découvrir la conduite automatique en plein trafic avec autour de lui des conducteurs lambda non-informés du projet. Il a déjà parcouru 5 000 kilomètres avec ce système embarqué révolutionnaire qui semble déjà avoir fait ses preuves.

Détails du système

La BMW Série 5 a donc été équipée des tout derniers systèmes de pilotage automatique conçus par la firme. Suite à la pression d’un bouton, un logiciel permet de savoir dans quel contexte roule le véhicule: ville, campagne, nationale, autoroute. Il capte aussi les obstacles, les autres voitures devant, derrière et sur le côté et peut envisager un écart et/ou un dépassement. Le système proposé par BMW semble plus complet que le système de pilotage automatique de Volkswagen. BM a insisté sur le fait que le conducteur n’a pas à toucher le volant pour réaliser une manoeuvre, le logiciel s’occupe de tout. Il faut dire que les technologies utilisées sont les meilleures actuelles: régulateur de vitesse adaptable automatiquement, freinage d’urgence et une palette de capteurs en tout genre:

  • ultra-son
  • radars
  • caméras fixes
  • lignes blanches
  • sorties

Les capteurs doivent être le plus précis possible et tout mémoriser des routes sur lesquelles la voiture roule. Les informations transmises au logiciel et donc aux cartes de navigation doivent être ultra-complètes pour permettre un roulage automatique en toute sécurité. Le programme est ainsi apte à préciser sur quelle voie roule l’automobile de manière à dépasser plus lent que soi ou encore sortir de l’autoroute par une bretelle sans que le pilote touche quoique ce soit.

Vous avez aimé ? Partagez avec vos amis !

4 Commentaires

  1. Impressionnant le niveau atteint par ses systèmes de conduite automatique.

    Au niveau législation, ces véhicules peuvent réellement circuler ? La responsabilité en cas d’accident sous conduite automatique restera j’imagine pour le conducteur…

  2. Nous pensons que s’il y a accident, ce sera dû à la faute d’un tiers plutôt que des systèmes de pilotage automatique qui ont un temps de réaction bien supérieur à un être humain. Néanmoins c’est une excellente question qui reste encore actuellement en suspens. L’avenir nous le dira.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *